Entrez les données de base

*Sont exclues les personnes qui n’ont pas encore terminé l’école obligatoire, et celles qui ont atteint l‘âge de la retraite AVS.

Au moins 12 mois pour avoir droit à des indemnités. On compte comme mois plein chaque mois calendaire effectué dans le cadre d’un contrat de travail.

Définir la saisie des données salariales


Entrez les données salariales

Afficher les résultats

D’après les éléments fournis, vous auriez droit aux prestations ci-dessous. Toutes les données, les informations et les contenus sont uniquement fournis à titre indicatif et sont non contraignants. Ils ne sauraient être considérés comme exacts, exhaustifs ou actuels. Sous réserve d’erreur. Toute garantie ou responsabilité pour d‘éventuels dommages est exclue.

Gain assuré (à moins de CHF 500.-, non assuré)
CHF .-

Taux journalier
%

Indemnités journalières*

Nombre maximal d’indemnités journalières au cours du délaicadre d’indemnisation de deux ans

Jours d’attente généraux

Indemnité de chômage moyenne par mois (brute)
CHF .-


*Si vous tombez au chômage pendant les quatre années précédant l’âge de l’AVS, vous avez droit à 120 indemnités journalières de plus.


Informations complémentaires
https://www.unia.ch/fr/caisse-de-chomage/prestations-de-la-caisse/indemnite-de-chomage/

Une personne assurée peut prétendre à des indemnités journalières à hauteur de 80% du salaire assuré (a) si elle a des obligations d’entretien envers des enfants de moins de 25 ans ou (b) si l’indemnité journalière ne dépasse pas CHF 140.- ou (c) si elle touche une rente AI équivalant à un degré AI d’au moins 40%. Toutes les autres personnes assurées ont droit à une indemnité journalière correspondant à 70% du salaire assuré. Quand le salaire assuré se situe entre CHF 3797 et CHF 4340, l’indemnité journalière est d’au moins CHF 140.-. Dans cette fourchette, le taux journalier se situe entre 70% et 80%.
Le salaire assuré peut être réduit en conséquence si la personne assurée ne présente plus la même capacité de placement pendant le chômage qu'avant lorsqu’elle travaillait. La personne qui dit vouloir travailler moins ne peut en effet pas être placée dans la même mesure.